En bref ...
Musique Bèlé par Belya

Belya et la musique Bèlé

Musique Bèlé par BelyaBelya est un groupe martiniquais de 9 artistes qui tire son inspiration de la musique Bèlè.

Terme d’origine africaine, on l’emploie en créole pour encourager quelqu’un ou pour approuver une action positive.

Dans la culture martiniquaise, il s’agit d’une danse appartenant au Bèlè.

Le Bèlè est la souche artistique : il est composé des musiques et des danses rurales traditionnelles du pays.

 

Créé en 1998 par des militants associatifs convaincus que le culturel pourrait apporter des réponses à notre mal être identitaire, le groupe Bélya présente des scènes de vie autour des nos moeurs: chants et danses bèlè.

Dans le même temps il déploie un travail d’initiation avec les scolaires ( écoles, colléges, lycées):
Il est souvent sollicité pour des projets pédagogiques autour du tambour.

En 1999 le groupe reçoit le le 1re prix du tourisme.
Bélya est poursuivi devant les tribunaux pour” tapages injurieux”.

Soutenu par l’ensemble du monde culturel et de nombreux martiniquais il sort victorieux de ce qui restera dans les mémoire comme le procès de la honte .

En 2002, c’est la naissance d’une nouvelle structure: Bélya pour la promotion du tourisme culturel.

Le travail de recherches et de créations se renforce notamment avec l’arrivée du bassiste, Hervé Martini.

De nombreux artistes vont faire partie de la passionnante aventure du groupe : Valérie Louri, I’csses, Manuela M’ Bapté. Kolo Barst ont participé au 1ere album du groupe( Fondok ) sur lequel on trouve la première version de Février 74.

Bélya est allé porter son son, sur les scènes martiniquaises ; en Guadeloupe ; à Trinidad, à Miami , en France.
Serein et enrichi de ses expériences, le groupe produit L’album Djenm en Septembre 2011.

 

Continuité, oui, apports nouveaux certes.

Autour du tanboubèlè, joué avec maestria par Joel Lessales , autour des voix, et des danses, apparaissent de nouveaux instruments de percussions( conçus par le groupe et réalisés par un maître Dartagnan Laport) .

Le batteur, Jimmy Tomazi va adapter son jeu à cet ensemble rythmique.

Le pianiste Elyzé Domergue, nourri de culture gospel et amateur de Jazz introduira de nouvelles émotions..

Un son multiple , divers et..profondément enraciné.

 

LES PERCUSSIONS

1. « TanbouBèlè » : instrument avec lequel se pratique la danse bèlè. L’originalité se trouve dans le jeu :le « Tanbouyer », joueur de tambour, joue assis à califourchon sur le tambour et utilise ses doigts, surtout son talon ce qui procure des sons particuliers.
2. « Tanboupak » : Petit tambour au son aigu joué avec une fine baguette .
3. « Tanboudoumpak » : Ensemble de deux tambours : un petit aigu et un plus gros tambour .
4. « Batterie -percu» : Quelques éléments de base de la batterie auxquels on a ajouté un tambour aigu
5. Le bwapitak » Instrument en bois, long de 50cm sur lequel on tape avec des baguettes.
6. Les « chacha » : bombes de fer blanc pleine de graines de plantes locales.

 

LES AUTRES INSTRUMENTS

– Guitare basse
– Piano

 

LES CHANTS

– 5 «répondè » (les chœurs).
– 3 lead.

 

Facebook

À propos Frédéric LOHBRUNNER

– Directeur de Communiquaction, j’affectionne la communication, les réseaux sociaux, la promotion de ce en quoi je crois et qui pour de bonnes causes, mes modestes compétences me permettent de les mettre en avant.

x

Check Also

HeroFestival

HeroFestival, des guests à foison

Le HeroFestival vous dévoile ses invités de l’édition 2017. Articles similaires