Communiquaction
Jimmy Blackfeeling

Nathalie Debergh, un exemple en référence

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur print
Nathalie Debergh

Nathalie Debergh, ou par l’exemple, le probleme grandissant de la recherche.

Commençons en premier lieu, pour vous faire découvrir qui est Nathalie Debergh:

Nathalie Debergh est née le 23/03/1966 à Montegnée.

Diplômes de 2ème cycle:
– Licence en Sciences Mathématiques, GD, 1988 (Ulg)
– AESS Sciences Mathématiques, S, 1988 (Ulg)

Doctorat
: Doctorat en Sciences Mathématiques, PGDF, 1993 (Ulg)
Agrégation de l’enseignement supérieur: AES Sciences, 1999 (Ulg)

Ancienneté scientifique: 12 ans

Carrière:
– Professeur de Mathématiques dans l’enseignement secondaire, du 08-11-1988 au 30-06-1990
– Chercheur I.I.S.N., Physique théorique et mathématique, du 16-09-1990 au 31-12-2000
– Chercheur I.I.S.N., Physique théorique fondamentale, du 01-01-2001 au 30-09-2002
-Chercheur Région Wallonne, Techniques du son et de l’image, à partir du 01-10-2002

Sujets de recherche :
– modélisation des coefficients réduits de luminance, équations quasi-exactes, déformations d’algèbres de Lie, mécanique quantique (para)supersymétrique

Janus Team

Pourquoi parler du problème de Nathalie Debergh et de la recherche ?

Pour la plus grosse majorité de nos lecteurs (NDLR : moi y compris), si je vous parle du du modèle Janus, cela n’évoquera rien.

Si nous vous décrivons aussi que le modèle Janus est le seul qui prétendent constituer un véritable modèle, le seul qui confère, grâce à la théorie de groupes dynamiques de Souriau, une identité aux composants invisibles à l’œuvre dans l’univers.

Il s’agit d’antiprotons, d’antineutrons, d’anti-électrons de masse négative. Le modèle est par ailleurs conforté par de nombreuses confirmations observationnelles. Il fournit une évolution chiffrée de l’accélération de l’expansion cosmique, sans besoin de faire recours à une « énergie noire » de nature non précisée.

Le modèle résout le problème : cette énergie négative est simplement celle de la masse négative, majoritaire. L’invisibilité ? Les masses négatives émettent des photons d’énergie négative, qui échappent à nos moyens de détection. Le modèle est le seul qui rende compte de la présence d’une structure répulsive (le Great Repeller) à 600 millions d’années lumière de notre galaxies. Il est le seul qui fournisse une explication cohérente de la structure spirale des galaxies, etc.

Janus Cosmological Model (JCM)

Janus et Nathalie Debergh révélateur du mal vivre de la recherche

Pour continuer à exercer sa recherche, Nathalie Debergh a du se résoudre à exercer ses travaux hors de France.

Ses travaux représentent une chance pour la France de se positionner en tête d’une véritable révolution scientifique, touchant la cosmologie, l’astrophysique, mais également la physique théorique et la mécanique quantique, à travers l’existence d’états d’énergie négative, déjà prouvée par les travaux de la mathématicienne Nathalie Debergh.

Mais elle est loin d’être la seule dans ce cas de figure, notre fuite des cerveaux, n’est pas du fait de la seule volonté que nos chercheurs parmi les plus éminents, mais nous y reviendrons plus loin.

La charge de travail d’enseignante de Nathalie Debergh ne lui permet actuellement d’assurer un travail de recherche que de manière très fragmentaire.

Aussi il a été de lancer un appel aux dons.

Le but du présent appel à dons est de réunir les 80 000 € annuels permettant de la décharger de son enseignement et de lui permettre de se consacrer à plein temps à la recherche, en mettant en œuvre ses exceptionnelles qualités de « trouveuse ».

Cet argent sera exclusivement affecté à ce projet. Les noms des donateurs, le montant de leurs dons et les renseignements qu’ils accepteront de communiquer seront indiqués sur le site. Les noms des donateurs figureront dans les remerciements accompagnant les publications, quel que soit le montant.

Plutôt que de se lancer dans un plaidoyer du pour ou contre la logique et la politique de la recherche scientifique en France, nous préférons laisser la parole à Monsieur Jean-Pierre Petit, dont le “pédigrée scientifique” n’est plus à montrer ou à démontrer sur le sujet :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email